Formation patrimoine-énergie

Conférence internationale - 27 novembre 2012 - Montmédy (F)
Energie et patrimoine : attentes et opportunités en matière de formation


R.E.D. avait choisi la ville de Montmédy pour tenir le 27 novembre 2012 une conférence sur la formation dans le domaine de la rénovation énergétique des bâtiments patrimoniaux. Ce choix inscrit dans le déroulement du projet ERFIN était bien évidemment lié au développement du pôle de compétences en restauration du patrimoine bâti porté par la Communauté de communes du Pays de Montmédy.

Les participants venus de Lorraine, du Luxembourg et de Wallonie ont centré leurs travaux sur la question de la formation des entreprises, des artisans et des autres acteurs qui interviennent sur ces chantiers. Au coeur des débats, différentes questions : comment faire correspondre l'offre de formation et les attentes des entreprises ? comment concilier sur un chantier les préoccupations de respect du patrimoine et l'objectif d'amélioration énergétique ?

Premier constat : la rénovation des bâtiments qui présentent un intérêt patrimonial constitue un marché important que les entreprises devraient aborder avec une meilleure attention. Le patrimoine bâti ne se résume pas aux bâtiments classés ou inscrits à l'inventaire : la Wallonie, le Grand-duché de Luxembourg ont entamé des démarches qui montrent toute la dimension quantitative de ce vaste marché. Une attention spécifique est aussi à apporter aux bâtiments construits durant la période 1960-1980, souvent problématiques en termes de consommation énergétique et mal reconnus encore pour leur qualité patrimoniale.

montmedy.jpgUne autre conclusion qui s'est imposée à travers les nombreuses interventions des participants est la nécessité de considérer ces chantiers de rénovation énergétique comme une opération globale dans le sens où il ne s'agit pas simplement d'une succession d'opération techniques isolées, mais bien d'un projet où chacun doit avoir à l'esprit l'objectif poursuivi par tous, à savoir combiner respect du patrimoine et exigence énergétique élevée, sans parler de la santé des habitants.
Les formations qui sont dispensées aux entreprises et aux artisans doivent donc davantage conduire leurs stagiaires à se poser les bonnes questions plutôt que de proposer des solutions toutes faites. Le caractère spécifique des chantiers, « une maison ancienne n'est jamais tout-à-fait une autre », oblige à avoir une approche particulière qui s'oppose aux pratiques simplificatrices du marché qui préfère s'appuyer sur des pratiques standardisées.

C'est l'interrelation entre le maître d'ouvrage, l'architecte, les entreprises, les artisans qui fera la qualité globale. Le décloisonnement est un clé de la réussite.

Cette rencontre interrégionale ne pouvait ignorer évidemment les bienfaits à retirer de meilleurs échanges entre les acteurs de l'éco-rénovation patrimoniale dans les différentes régions. Différents instituts de formation (Institut Universitaire des Métiers et du Patrimoine de Troyes, le Centre wallon de formation de la Paix-Dieu, l'Institut grand-ducal de Formation Sectoriel du Bâtiment,..) étaient présents pour illustrer leurs actions mais aussi leur intérêt à collaborer à l'avenir, et notamment dans la perspective de la prochaine période de programmation 2014-2020 de la Commission européenne.

Cette rencontre était une des étapes du projet « Eco-rénovation patrimoniale : formation et innovation » que R.E.D. mène en 2012 et 2013, avec le soutien de nombreux partenaires de la Grande Région.

En téléchargement :


Contact et information :
R.E.D., rue des Potiers, 304, B-6717 Attert
Email : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir